Molenbeek-saint-jean

 

Donnons de l’air à Molenbeek

 

Groen présente sa propre liste et programme pour les prochaines élections communales. L’échevine Annalisa Gadaleta sera la tête d’une liste composée par une jeune équipe très motivée qui veut donner de l’air à Molenbeek. « Groen a réalisé des très beaux projets dans notre commune. C’est donc avec confiance que nous relevons le défi du 14 octobre. Nous voulons continuer sur cet élan et comptons sur le mandat des électeurs », confirme l’échevine Groen Annalisa Gadaleta. Groen Molenbeek met en avant des priorités qui donnent de l’air à Molenbeek.

 

  1. Soutenir les associations de femmes, les associations locales et le tissu social

 

« J’ai rencontré dans les dernières six années beaucoup de femmes fantastiques et engagées. Ces femmes sont actives en différentes manières, formelles et informelles, dans notre commune », raconte Annalisa Gadaleta. Groen veut développer, stimuler et soutenir ces initiatives, en soutenant par exemple les associations de femmes dans leur recherche de subsides ou locaux et en réservant des appels à projets ou des subsides à des associations de femmes.

 

En général, nous constatons que beaucoup d’associations sont à la recherche de locaux.  Groen Molenbeek veut que la commune exproprié ou reprend en gestion les cafés qui sont fermés pour trafics illicites sur ordonnance du bourgmestre et qui souvent rouvrent les portes quelques mois après. Via un fond d’investissement privé et public on peut rénover ces locaux et les donner en gestion à des organisations locales qui pourront y développer leurs activités à bénéfice de la collectivité. Ainsi la criminalité fait place à une offre socio-culturelle dans nos quartiers.

 

Groen Molenbeek veut ouvrir trois maisons de quartier dans les nouveaux quartiers de Molenbeek et donner de cette manière de l’air à ces quartiers. Les habitants doivent être impliqués dans la gestion de ces maisons communautaires pour qu’elles puissent répondre aux vrais besoins du quartier.

 

  1. Garantir l’espace public

 

Molenbeek connaît une grande densité de population, mais au même temps de nouveaux projets immobiliers voient le jour dans des quartiers très denses, sans vraiment tenir compte de besoins des habitants. Groen Molenbeek veut que les nouveaux projets remplissent plusieurs fonctions et répondent aussi aux besoins sociaux, par exemple en confiant la gestion d’une partie des nouveaux logements à des agences immobilières sociales. « Mais nous pouvons aussi aller plus loin. La densité de population pourrait dès lors devenir un critère pour décider si et où construire encore », conclut Annalisa Gadaleta.  

 

Groen Molenbeek veut des places et espaces publics qui soient des vrais lieux de rencontre, où il y a de l’espace pour se relaxer, jouer et profiter de la nature. La Place Communale doit être fermée à la circulation et d’autres places comme le Parvis, le Square des Libérateurs ou la Place de la Duchesse peuvent aussi être réaménagées de la même manière.  

 

« Le marché hebdomadaire sur la Place Communale et le Parvis met l’espace public, la qualité de l’air et la mobilité sous pression. C’est pour cette raison que je plaide pour la réalisation d’un marché couvert à la Gare de l’Ouest. Ce marché couvert permet une meilleure gestion, plus de facilité d’entretien et pourra offrir aussi plus de confort de travail aux maraîchers », propose Annalisa Gadaleta.



  1. Droit à de l’air propre

 

L’introduction de zones à faible émission est une opportunité que Groen Molenbeek veut saisir. D’après Koen Willems, deuxième sur la liste de Groen « la commune doit stimuler ses habitants à choisir pour des alternatives comme le vélo ou les voitures partagées. Elle peut soutenir les habitants dans ces choix, en diminuant par exemple le prix de location d’un box vélo à un dixième de la carte de stationnement. »

 

Groen veut que chaque rue où il y a une école devienne une « schoolstraat »; cela veut dire qu’une demi-heure avant le début et après la fin de l’école seuls les vélos et les piétons peuvent circuler dans la rue. Chaque quartier doit avoir le droit d’installer une « rue de jeux » (c.-à-d. fermer pendant une période la rue à la circulation de façon à permettre aux enfants d’y jouer sans danger) pendant les vacances scolaires.

 

  1. La sécurité est une responsabilité partagée

 

Pour garantir le respect du code de la route, Groen Molenbeek veut mettre en place une brigade à vélo. « Et pourquoi pas utiliser les nouvelles technologies pour poursuivre plus facilement les infractions au code de la route? A Rotterdam les agents de police peuvent donner une amende avec un simple clic sur leur smartphone. Et il faut assurer bien entendu le suivi du paiement des amendes », conclut Koen Willems.

 

L’échevine Groen Annalisa Gadaleta: « Nous voulons mettre en place une vraie politique de sécurité qui mise aussi bien sur la prévention que sur la répression. On peut mettre en place un réseau de bénévoles qui sont formés par la commune et facilement reconnaissables, et qui peuvent prévenir des conflits ou signaler des problèmes ».

 

Il est essentiel de réduire la distance entre la police et les habitants. Groen Molenbeek veut, en s’inspirant du modèle de Rotterdam, mettre en place un pool de fonctionnaires de liaison. Ces fonctionnaires sont actifs dans des quartiers bien identifiés et garantissent le lien entre les habitants, les associations, la police et les services communaux. Ils peuvent réagir très vite aux situations d’insécurité ou autres problèmes tels que le vandalisme ou les dépôts clandestins. De cette manière la police peut se concentrer sur ses tâches prioritaires.

 

Pour conclure nous souhaitons que les agents de quartiers jouent un rôle central dans le travail de la police. « Et pourquoi pas des agents de quartier qui tiennent leur permanence dans des maisons de quartier ? », conclut Annalisa Gadaleta.